Nous sommes épuisés par les comportements opposants

De nombreux parents d’un enfant avec un trouble de l’attention savent qu’ils doivent faire face chaque jour à des problèmes de comportement : colère, violence, refus de l’autorité… sont leur lot quotidien. Quarante pour cent des enfants atteints de TDA/H développent également un trouble de l’opposition ou TOP. Avant la puberté, ce trouble est plus fréquent chez les garçons; après la puberté, on le rencontre tant chez les garçons que chez les filles.

Gardez bien en tête que les comportements d’opposition d’un enfant ne sont pas intentionnels

Les experts pensent que c’est lié à l’impulsivité intense.

Une instabilité des neuro-transmetteurs du cortex pré-frontal influence son système nerveux tout entier. Un enfant TDA/H manque des freins et de filtres nécessaires à l’auto-contrôle : il n’est pas en mesure de contrôler ses pulsions.

Combinées avec le stress et la frustration de faire des efforts qui n’aboutissent pas, avec la sentiment d’être incompris et souvent rejeté par ses pairs, il s’enfonce chaque jour dans des comportements (auto)destructeurs tant physiquement et verbalement.

Il convient également de dépister des éventuels troubles émotionnels tels que l’anxiété, la dépression, la bipolarité qui peuvent aggraver les troubles d’opposition. Non traiter, ils peuvent évoluer vers des troubles de conduite ou des problèmes de comportement plus graves.

Le traitement commence par le contrôle des symptômes de TDAH. Lorsque l’hyperactivité, l’impulsivité et l’inattention de l’enfant sont réduits, il y a généralement une amélioration des symptômes oppositionnels.

Les médicaments psycho-stimulants sont efficaces pour diminuer les symptômes du TDAH, ainsi que ceux du TOP jusqu’à 50 pour cent.

Soumis à leur système nerveux en dent de scie, ces enfants vont agir de manière inconstante et tester les limites des adultes qui l’entourent.

Une autre partie du traitement concerne la formation des parents. Ceux-ci ne se rendent généralement pas compte qu’ils ont un impact sur les symptômes de leur enfant. Avec un enfant TDA/H, l’éducation traditionnelle (punition/récompense) et toute forme d’autorité montrent vite leurs limites. Cela aggrave même souvent la situation et rend les relations on ne peut plus tendues.

Quel genre d’impact ?

Grâce ou à cause de leur réactions aux comportements de l’enfant, chaque parent va influencer ses symptômes en les stimulant ou en les apaisant. Enflammer son système nerveux ou l’éteindre. Selon son attitude, il va renforcer le côté oppositionnel ou l’atténuer.

La punition enflamme le système nerveux.

S’il reçoit une punition, l’enfant TDA/H plus qu’un autre va éprouver un sentiment d’injustice et une rancune qui va devenir une véritable bombe à retardement.

Bien sûr, il est difficile pour un parent de rester calme quand un enfant crie, est en colère ou qu’il le défie dans cesse, mais punir, crier ou donner une fessée va aggraver encore et encore les comportements d’opposition d’un enfant.

En formation, nous apprenons à rester calme et émotionnellement neutre en présence des comportements perturbateurs de l’enfant. Comprenez bien qu’ils ont une sensibilité à fleur de peau et qu’ils activent leur radar à la recherche des vos émotions de l’adulte.

Si celui-ci est en colère, cela va démultiplier la sienne et c’est reparti pour un cercle vicieux dont il est très difficile de se défaire. De plus, on lui donner le pouvoir de d’enclencher des émotions et ils vont commencer à en jouer. C’est une manière d’avoir un impact sur les autres et ils ont trouvé une manière « négatives » de faire réagir son entourage.

Inverser la vapeur

Tous les enfants ont besoin d’attention. Plutôt que de lui donner uniquement de l’attention négative et de lui donner un pouvoir sur vos émotions, la formation vous invite à changer votre fusil d’épaule et à examiner la situation de manière différente.

Que diriez-vous de réagir à ses comportements positifs ?

C’est peut-être l’un des défis les plus difficiles auquel vous allez être confronté. Vous commencerez petit, vous allez chercher un indice de bonne volonté, de gentillesse, de service rendu et vous allez commencer à le louer avec sincérité.

Ce faisant, vous allez progressivement augmenter ses bons comportements.

Vous allez vous rendre compte qu’il n’y a pas de plus grande récompense pour un enfant que de sentir aimé, accepté et d’être enfin valorisé pour son comportement.

C’est là votre pouvoir de changer les choses

Essayez, vous m’en direz des nouvelles.
Si vous voulez être accompagné dans ce sens, n’hésitez pas à rejoindre une formation qui vous expliquera comment installer les stratégies bienveillantes qui auront le plus d’impact sur le comportement de votre enfant.

Formations en groupe – Formations en ligne