. Vous êtes les spécialistes de votre enfant, ce que vous sentez est généralement vrai… si vous voulez consulter, allez voir un spécialiste du TDA/H : un neuro-pédiatre prioritairement, éventuellement un neuropsychologue pour affiner et vous perdrez sans doute votre temps en allant voir une autre spécialité (même si on voudrait croire que le TDA/H se soigne naturellement).

· Dans les médecins, il y a toutes sortes de personnalités : certains sont à l’écoute et dans l’empathie, d’autres sont là uniquement pour un diagnostic. Si le médecin consulté ne correspond pas à vos attentes, n’hésitez pas à changer. Ou à lui faire part explicitement de vos besoins.

· Vous êtes un bon parent : le fait que vous cherchiez des pistes pour aider votre enfant et pour vous aider à sortir de la spirale de violence dans laquelle la plupart des familles avec un TDA/H sombrent, le prouve.

· Ne cessez pas d’espérer, les choses évoluent et s’apaisent avec le temps.

· Investissez dans la relation de couple en passant du temps ensemble sans les enfants ; beaucoup de couples chavirent en présence du TDA/H

· Investiguez vos attentes (par rapport à vos enfants, votre conjoint, votre famille, vous-même) et réduisez-les. J’ai remarqué que plus il y de difficultés dans une famille, plus les attentes sont grandes, frôlant même le désir de perfection.

· Allez à l’essentiel et laissez tomber le superflu (pour le nettoyage, le rangement, les devoirs…)

· La Rilatine (et cie) n’est pas une drogue. Vous ne devenez pas un mauvais parent si vous donner un médicament à un enfant. Ce n’est pas un signe de faiblesse. Si votre enfant avait un déficit cardiaque, vous n’hésiteriez pas un instant. Le coeur n’est pas plus important que l’attention. Le TDAH non soigné peut conduire au suicide.

. La Rilatine un médicament comme un autre, certes la boite possède deux bandes rouges mais il n’y a pas de danger à en donner selon la prescription du spécialiste, hormis des éventuels effets secondaires comme une perte d’appétit ou une dérégulation du sommeil (mais ces effets sont individuels et pas toujours présents). Je ne connais aucun parent qui donne ce médicament pour son confort personnel ou pour augmenter les performances scolaires de son enfant. Ceci est un mythe que les médias aiment à perpétuer. La Rilatine peut vous sauver la vie (celle de votre famille et celle de votre enfant).

. Revisitez l’alimentation de votre famille. Nous avons laissé les industriels de l’agro-alimentaire prendre le pouvoir. Trop de sucre, trop d’additifs, trop de colorants, trop de toxicité et pas assez de macronutriments sains (glucides des fruits et des légumes, protéines et bon gras). En ce qui me concerne, une alimentation sans gluten, laitages et avec peu de glucides mais riche en gras et en protéine a sauvé mon cerveau du brouillard mental qui m’accablait depuis des années.

· Investissez dans la relation avec votre enfant. Si vous apprenez les stratégies bienveillantes pour entrer en relation avec lui et que vous les appliquez avec bon sens, sa coopération va augmenter, ce qui aura un effet positif sur les humeurs de tous les membres de votre famille.

· C’est vous l’adulte, c’est à vous de faire le premier pas vers l’enfant et de le faire, encore et encore… Ne raisonnez pas en terme de gagnant-perdant mais de besoins spécifiques.

· Si votre enfant souffre d’un trouble de l’attention, ne vous attendez pas à ce qu’il retienne les règles et autres choses. Il oublie. Votre rôle est de répéter avec bienveillance le comportement attendu. Encore et encore…

· Documentez-vous sur le TDA/H (pas via les médias à sensation) et soyez le soutien, le défenseur de votre enfant à l’extérieur.

· Plutôt que d’exiger qu’il fasse des tâches ménagères, faites-les ensemble. Vous passerez un bon moment et vous lui montrerez comment faire.

· Recherchez ses qualités, remarquez les bons moments que vous passez avec lui…, transposez-vous dans une sphère positive et évitez de remarquer uniquement les problèmes et les côtés négatifs de votre enfant.

· Voyez si vous n’êtes pas vous-même TDA/H et engagez vous à soigner vos propres symptômes, humeurs…